Identification des moteurs V8 Ford à partir de 1932

Identification des différents moteurs V8 de fabrication française issus du Ford de 1932

 

Le Club Vedette France regroupe les véhicules de fabrication française équipés d’un moteur V8 issu de la marque Ford. Cette étude essaie de résumer l’évolution de ce moteur dans ces applications en France.

Henry Ford fabriquait depuis 1903 des voitures à moteur 4 cylindres avec la Ford T et la Ford A. Il est concurrencé en 1931 par Chevrolet avec un 6 cylindres. Il décide d’étudier une voiture de grande série équipée d’un V8 à 90° avec soupapes latérales et arbre à cames central.

Le gros V8

A partir de Mars 1932, ce moteur envahit le marché américain puis mondial dans une voiture populaire, la V8-18. Le moteur de 3,621 l (77,79 mm x 95,25 mm d’alésage x course) qui fait 65 ch. à l’origine atteint 90 ch. à 3800 t/min en 1935. 3 millions d’exemplaires sont vendus. En 1933, Mathis et Ford SAF s’allient pour créer Matford.

La version 90 ch. est installée dans :
 l’Alsace, la V8-48 et la V8-66 en 1935,
 la V8-68 en 1936/37,
 la V8-76 et la V8-78 en 1937,
 la V8-F81A en 1938,
 la V8-F91A en 1939,
 de nombreux utilitaires Matford,
 la Chenard Aigle 8,
 la Rosengard Supertrahuit

A l’automne 1953, la nouvelle Vendôme est équipée du moteur 3,923 l Mistral (80,96 mm x 95,25 mm), issu de la Mercury et déjà monté sur les camions Cargo. Ce moteur a un taux de compression de 6,8/1, une puissance de 95 ch. à 3700 t/min et un couple de 24,5 m.kg entre 1400 et 2000 t/min. Le même moteur monté sur la Monte-Carlo avec un taux de compression de 7,2/1 sort 105 ch. à 3800 t/min, son couple est de 24,5 m.kg de 1900 à 2200 t/min.

Le petit V8

En Amérique, le moteur 3,6 l devient trop gros pour une voiture populaire, il faut un moteur plus léger. En 1935, un moteur V8 à 90° avec soupapes latérales et arbre à cames central de 2,222 l (66,04 mm x 81,28 mm), 60 ch. à 3800 t/min, est étudié pour être monté sur la V8-60. Ce petit moteur ne se vend pratiquement pas en Amérique.

Une version de 65 ch. est montée dans :
 la V8-62 en1935/36,
 laV8-72 en 1937,
 la V8-F82A en 1938,
 la V8-F92A en 1939,
 de nombreux utilitaires Matford,
 la F92 et la F472 A de 1946 à 1948.

JPEG - 14.1 ko
Moteur MatFord V8-72

En 1948, dans les nouvelles usines de Poissy, on étudie un moteur V8 de 2,158 l (66,04 mm x 78,8 mm), taux de compression de 6,8/1 et 60 ch. à 4000 t/min. Il est monté dans la F492 et la nouvelle Vedette.

En 1950 on modifie l’arbre à cames et les soupapes, on porte le taux de compression à 7/1 et la puissance passe à 66 ch. pour 4600 t/min.

En octobre 1951, la Comète est équipée du moteur de 2,158 l de la Vedette poussé à 74 ch. à 4200 t/min.

A partir du modèle 53, on abandonne les coussinets flottants, chaque bielle a son coussinet propre.

En 1953, la Comète reçoit un moteur de 2,355 l (67,9 mm x 81,28 mm), taux de compression de 7,4/1, qui fournit 80 ch. à 4800 t/min, avec un couple de 14,75 m.kg à 2700 t/min.

En 1955, la Versailles reçoit un moteur de comète rajeuni avec des jeux de soupapes réglables, de nouveaux pistons, une course augmentée et un alésage diminué. Il fait désormais 2,351l (66,065 mm x 85,725 mm), taux de compression de 7,2/1 et 80 ch. à 4600 t/min avec un couple de 15,2 m.kg à 2200 t/min.

En 1957, ce moteur avec un taux de compression de 7,5/1 sort 84 ch. à 4800 t/min avec un couple de 15,5 m.kg à 2750 t/min et équipe les Chambord.

Par la suite ce moteur sera profondément vitaminé au Brésil, mais ce n’est plus une fabrication française.

Ceci est une compilation des nombreux ouvrages traitant des Vedette, montrant de nombreux désaccords. N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques et de vos sources.

Merci